Coronavirus COVID-19 : L’épidémie régresse mais les niveaux encore hauts incitent à rester vigilants

Communiqué de presse
Visuel

La circulation du virus à Mayotte tend à ralentir grâce aux efforts de chacun. Mais notre situation reste très fragile et la tendance peut rapidement s’inverser. La pression au Centre Hospitalier de Mayotte est encore forte et trop de personnes décèdent encore des suites d’une infection au coronavirus.

Corps de texte

Pour la première fois depuis fin décembre 2020, le taux de positivité est passé sous le seuil d’alerte (9,7 %) ; le taux d’incidence (136,7 cas/100000 habitants/semaine) baisse également. Mais ces chiffres restent largement au-dessus des seuils de vigilance établis par le gouvernement.

Parallèlement, la tension hospitalière reste forte :

  • D’abord parce qu’il y a toujours des entrées en réanimation pour Covid, même si elles sont moins nombreuses ;
  • Ensuite parce que les malades du coronavirus – qui présentent souvent de graves signes respiratoires - restent longtemps en réanimation.

La durée moyenne de séjour hospitalier d'une personne ayant contracté le virus est de sept jours. Mais certains continuent à lutter bien plus longtemps, perdant trop souvent la bataille après trois, quatre, cinq semaines de réanimation intensive…

C’est ce qui explique que les services de soins critiques de notre hôpital restent aussi chargés, alors que l’épidémie objectivement régresse.

C’est aussi ce qui explique les dix décès supplémentaires que nous avons dû déplorer depuis le début de la semaine.

Le variant sud-africain est objectivement bien plus contagieux que le virus présent depuis mars dernier. Il est probablement aussi plus dangereux.

La mortalité provoquée par le coronavirus concernait jusqu’ici tout particulièrement des personnes très âgées. Depuis quelques semaines, des patients plus jeunes développent à leur tour des formes graves de la maladie, avec une issue parfois mortelle.

L’aggravation de la maladie chez un patient jusque-là peu symptomatique peut se produire brutalement entre le septième et le dixième jour après l’apparition des symptômes. Le passage en réanimation dure généralement une vingtaine de jours, contre trois ou quatre pour la grippe.

Cette situation semble corrélée au variant sud-africain, qui représente désormais près de 100% des cas positifs à Mayotte.

La situation reste fragile et préoccupante à Mayotte : le virus continue de circuler activement et le nombre d’admissions en réanimation et de décès est encore trop élevé. Casser les chaînes de transmission de la Covid-19 reste plus que jamais indispensable. La sortie progressive du confinement entraîne mécaniquement une hausse des contacts et donc une hausse du nombre de contaminations potentielles.

Aller plus loin

Documents à télécharger