L’ARS et le Rectorat lancent une grande campagne de vaccination en milieu scolaire à Mayotte

Communiqué de presse

A Mayotte, la couverture vaccinale apparaît fortement dégradée chez les enfants de 6 ans et plus, fragilisant l’immunité individuelle et collective de la population.

Parallèlement, la mise en évidence de cas, parfois mortels, de diphtérie ou de tétanos augmente sur le territoire alors que ces maladies ont disparu depuis de nombreuses années ailleurs en France. Ces constats ont conduit l’ARS et le Rectorat, en partenariat avec la Caisse de sécurité sociale, Santé publique France et l’Association des Maires de Mayotte, à organiser à partir du 23 janvier une grande campagne de rattrapage vaccinal en milieu scolaire.

L’objectif est de rattraper en priorité le retard constaté sur les vaccinations contre la diphtérie-tétanos-poliomyélite-coqueluche (DTPc) et la rougeole-oreillons-rubéole (ROR). Au cours de l’année 2023, tous les collèges et écoles primaires de Mayotte recevront des équipes de professionnels de santé (médecins, sages-femmes, infirmiers) qui analyseront les carnets de santé des enfants pour lesquels l’autorisation parentale aura été signée.

Les injections de vaccins DTPc et ROR seront réalisées dans le même temps en cas de retard. Ces vaccins seront acheminés et conservés dans le strict respect des exigences règlementaires. Une trace sera laissée dans le carnet de santé avec la programmation du rappel suivant. La signature de l’autorisation parentale sera nécessaire, de même que la présentation des carnets de santé : les établissements le rappelleront régulièrement aux parents et enfants

Cette proposition de vaccination contre le HPV à Mayotte revêt un fort enjeu de santé publique : en effet, en 2021, plus de 10% des frottis cervicaux utérins réalisés à Mayotte étaient pathologiques. L’intérêt d’une vaccination massive HPV (recommandée en France depuis 2007) sur le territoire a par ailleurs été réaffirmée par le Ministre de la Santé et de la Prévention François Braun lors de sa venue à Mayotte les 29 et 30 novembre dernier.

Au cours de la phase test, quelques doses du vaccin contre les cancers induits par HPV ont été proposées aux adolescents munis de leur autorisation. La forte demande de cette vaccination au cours de cette phase test et l’adhésion de leur famille ont conduit à retenir la généralisation de la proposition de la vaccination contre le HPV à l’ensemble des collégien.nes de Mayotte lors de la campagne de vaccination.