GRIPPE SAISONNIERE : protégeons-nous, protégeons nos proches, vaccinons-nous !

Article
Visuel
Protégeons-nous, protégeons nos proches, vaccinons-nous !
La grippe est souvent considérée à tort comme bénigne alors qu’elle cause des décès chaque année à La Réunion, notamment chez les personnes âgées et celles atteintes de pathologies chroniques.
Corps de texte

Le vaccin antigrippal, un moyen de prévention sûr et bien toléré

Certaines personnes pensent à tort qu’il n’est pas utile de se faire vacciner contre la grippe aux motifs qu’il s’agit d’une infection bénigne ou que celle-ci se soignerait facilement grâce aux antibiotiques. Or, les antibiotiques ne sont pas efficaces dans le traitement de la grippe du fait de son origine virale. Ils ne sont utiles qu’en cas de surinfection bactérienne.

Le vaccin antigrippal est le seul moyen de prévenir la maladie et de protéger les populations à risque. Et même s’il ne permet pas toujours d’éviter la maladie, le vaccin réduit le risque de complications graves ou de décès.

Cette année, la Réunion et Mayotte bénéficient, comme l’an dernier, d’un vaccin quadrivalent,  incluant deux souches de virus grippal A et deux souches de virus grippal B. La composition du vaccin est adaptée chaque année pour garantir son efficacité en fonction des virus qui ont circulé durant la saison grippale précédente.
 

Les personnes à risque doivent se vacciner avant l’arrivée de l’hiver austral

La vaccination constitue une priorité pour les personnes les plus vulnérables (conformément aux recommandations du  Haut Conseil de la santé publique) :

  • les personnes âgées de 65 ans et plus,
  • les personnes atteintes de certaines maladies chroniques (diabète, pathologies pulmonaires, pathologies cardiaques, etc),
  • les femmes enceintes,
  • les personnes en situation d’obésité importante,
  • les personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ou médico-social d’hébergement,
  • l’entourage familial des nourrissons âgés de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave,
  • tous les professionnels de santé.

Ces personnes à risque doivent être sensibilisées sur la gravité de la grippe, qui peut entraîner des complications sérieuses, voire mortelles, afin de se faire vacciner.

Il ne faut pas attendre l’arrivée d’une épidémie car il faut compter environ 15 jours entre la vaccination et le moment où l’organisme est protégé contre la grippe. Se vacciner, c’est aussi protéger ses proches.
 

Les professionnels de santé également invités à se faire vacciner

Comme chaque année, les professionnels de santé sont invités à se faire vacciner gratuitement contre la grippe saisonnière. L’objectif est de protéger les patients et les personnels ainsi que de limiter la diffusion de la grippe dans les établissements. Les professionnels de santé sont les interlocuteurs privilégiés des patients et ont ainsi un rôle essentiel à jouer dans l’information sur la grippe, le vaccin et les enjeux de cette vaccination.

Pour améliorer la couverture vaccinale des personnes à risque, la mobilisation de tous est nécessaire.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur Vaccination Info Service

Un courrier d’invitation et de prise en charge de la vaccination est adressé par l’Assurance maladie :

  • à l’ensemble des assurés de plus de 65 ans,
  • aux personnes atteintes de certaines maladies chroniques
  • aux professionnels de santé libéraux éligibles (médecins généralistes, pédiatres, gynécologues, sages-femmes, pharmaciens titulaires d’officines, infirmiers, kinésithérapeutes, chirurgiens-dentistes).

Pour bénéficier du vaccin gratuit, les personnes qui ne sont pas directement invitées par l’Assurance Maladie doivent se rendre chez leur médecin traitant, qui leur délivrera une prescription si leur état de santé le nécessite.

Simplification du parcours vaccinal

Dans le cadre de l’élargissement des compétences des infirmiers, toutes les personnes majeures éligibles à la vaccination, qu’elles aient ou non été déjà  vaccinées, peuvent retirer leur vaccin à la pharmacie sur présentation de leur bon de prise en charge et se faire vacciner par le professionnel de leur choix : infirmier- médecin-sage-femme (pour les populations relevant de leurs compétences). La prescription médicale préalable à la vaccination par un infirmier n’est plus nécessaire.

La prescription médicale préalable reste nécessaire pour les patients éligibles de moins de 18 ans.

 

Aller plus loin

Mots clés