La mobilisation de l’ARS

Article
Visuel
La mobilisation de l’ARS
Afin d’évoquer les mesures prévues par le Pacte Territoire-Santé et d’échanger sur les modalités les plus opérationnelles de mise en œuvre à Mayotte, l’ARS a rencontré l’ensemble des acteurs de santé locaux.
Corps de texte

La mobilisation est essentielle à la réussite de ce pacte, de ce fait une méthode d’action volontariste a été choisie.

Les engagements et objectifs du Pacte Territoire-Santé sont soumis à une double concertation :

  •  Une concertation nationale, conduite avec les associations d’élus et de patients, ainsi qu’avec les représentants de médecins  – notamment des jeunes  –  et du monde hospitalier.
  • Une concertation départementale, menée à Mayotte par l’ARS.

L’ARS a rencontré l’ensemble des acteurs de santé locaux afin d'évoquer les mesures prévues et d’échanger sur sa mise en œuvre à Mayotte. Les Caisses de Sécurité Sociale ont également été associées car elles disposent de mesures financières incitatives contribuant à relever le défi lié à l’évolution prévisible de la démographie médicale selon les territoires.

Un recueil d’idées fortes et novatrices

Ces réunions ont permis de recueillir des idées susceptibles d’enrichir la déclinaison opérationnelle des Pactes Territoire-Santé. Les propositions ont été transmises au niveau national par l’ARS. Certaines d’entre elles, relevant de la compétence pleine de l’Agence, sont d’ores et déjà mises en œuvre, notamment le « Pack Sérénité ».

Le "Pack Sérénité", une solution innovante pour les deux îles :

Il s’agit d’accompagner l’installation et d’améliorer les conditions d’exercice des médecins en mettant en place :

  • Des outils informatiques.
  • Des systèmes d’informations opérationnels.

Toutefois, les problématiques réseau et l’insuffisant développement du haut débit sur le territoire de Mayotte limitent pour l'instant la mise en œuvre de solutions de télémédecine.

Des échanges avec les autorités nationales et les professionnels

Un compte rendu des réunions a été transmis aux autorités nationales afin de mettre en évidence le caractère adapté des mesures, les difficultés de mise en œuvre pour certaines d’entre elles et de relayer les propositions des professionnels.

L’ARS a également partagé avec les professionnels de santé, l’avancée du volet ambulatoire du Schéma d’Organisation des Soins (SOS) et présenté le caractère évolutif des outils (zonage des territoires en déficit d‘offre de soins, plateforme d’appui aux professionnels de santé, projets de maisons de santé pluridisciplinaire, de pôles de santé…).

Voici les propositions issues des réunions sur chaque île et transmises au niveau national :

  • Mobiliser les mêmes leviers financiers que les autres zones en déficit d'offre de soins métropolitaines ou ultramarines, à travers des mesures conventionnelles et fiscales. 
  • Modifier les conditions d'exercice : des projets sont d'ores et déjà en cours d'instruction avec l'appui d'un consultant spécialisé, notamment via la création d'une maison des spécialistes libéraux à Mamoudzou et d'un pôle de santé à Mtsamboro.
  • Consolider le premier recours hospitalier à travers une évolution de certains dispensaires en centre de santé.